Comment créer une entreprise de maçonnerie ?

10 juillet 2022

Nombre de lecture :

Comment créer une entreprise de maçonnerie

De tous les métiers du secteur du bâtiment, la maçonnerie est celui au centre de la construction immobilière. Le chef d’entreprise professionnel du bâtiment a pour mission de réaliser des fondations, couler les dalles, et cela pour les entreprises, particuliers ou administrations publics. Pour créer son entreprise de maçonnerie en France, il faut connaître ce marché, notamment les règles qui encadrent cette activité.

Le rôle d’un maçon et le marché de la maçonnerie en France ?

Quel est le rôle d’un maçon ?

Ce professionnel intervient aussi bien dans la construction que la rénovation. Son travail se partage entre le gros œuvre et les finitions. C’est-à-dire qu’il réalise la structure solide de l’œuvre et effectue les finitions qui consistent à parfaire les détails pour une meilleure expérience d’utilisation.

La maçonnerie est donc une profession assez technique, quelque peu risquée, mais surtout physiquement énergivore. Le maçon collabore avec d’autres corps de métiers du BTP tels que la peinture ou la plomberie.

Dans le cadre de son activité, il doit respecter la réglementation, notamment l’arrêté du 24 janvier 2017 relatif à la publicité des prix de prestations de dépannage, de réparation et d’entretien dans le secteur du bâtiment et de l’équipement de la maison.

Quel est le marché de la maçonnerie en France ?

Le marché de la maçonnerie en France c’est environ 150.000 entreprises, pour un chiffre d’affaires de près de 73 milliards d’euros. Tout cela démontre son importance dans l’économie. Adossé au secteur du bâtiment et de la construction, la maçonnerie s’est fortement développée ces dernières années.

On y retrouve plusieurs types d’entreprises :

  • Les très petites entreprises (TPE) : leurs interventions se concentrent beaucoup plus dans la rénovation, la sous-traitance ou la construction de domiciles privés.
  • Les petites et moyennes entreprises (PME) : elles répondent aux chantiers de taille moyenne pour les entreprises, les particuliers et les collectivités locales.
  • Les grandes entreprises : il s’agit pour la plupart de multinationales qui réalisent des travaux à travaux à grande échelle à travers le monde.

Quelles sont les conditions pour devenir maçon ?

Ces conditions sont relatives aux compétences et qualifications professionnelles nécessaires pour créer une entreprise de maçonnerie.

Quelles sont les qualifications nécessaires pour l’ouverture d’une entreprise de BTP ?

Si vous voulez entreprendre dans le secteur du BTP, vous devez avoir au minimum des compétences en organisation et management, mais aussi de la technique. Il est donc important d’avoir un diplôme dans le domaine de la maçonnerie. Comme diplômes, citons les suivants :

  • CAP constructeur d’ouvrage en béton armée ;
  • CAP maçonnerie ;
  • Bac professionnel technicien du bâtiment : organisation et réalisation du gros œuvre ;
  • Bac professionnel interventions sur le patrimoine bâti option maçonnerie.

Toutefois, se pose la question de la création d’une entreprise de maçonnerie (personne morale) sans diplôme.

Peut-on créer une société de maçonnerie sans diplôme ?

La réponse la plus objective à cette question serait la négative. En effet, pour la création d’une société de maçonnerie, le diplôme est un gage de compétences. Il permet également de rassurer les clients sur leur maîtrise du sujet. Toutefois, il est de plus en plus admis ou possible pour les entrepreneurs de créer une entreprise de maçonnerie sans diplôme. Comme pour toute activité de BTP, en l’absence de diplôme, vous devez avoir une expérience professionnelle de trois ans minimum, et demander l’obtention de la validation des acquis de l’expérience.

Les étapes de la création d’un entreprise de maçonnerie

Après la rédaction du business-plan et la constitution des apports pour le capital social, les formalités de création d’entreprise sont principalement celles de l’immatriculation de l’entreprise et aux contrats d’assurances à souscrire.

Concernant l’immatriculation de l’entreprise.

L’immatriculation de l’entreprise se fait auprès Registre du Commerce et des Sociétés (RCS), directement ou via le CFE (Centre de formalités des entreprises) de la CMA (chambre de métiers et de l’artisanat). Les démarches pour la création de l’entreprise de maçonnerie dépendent de la forme juridique ou statut juridique.

Le choix de la forme d’entreprise déterminera également le régime fiscal et les charges sociales (cotisations sociales). Parmi les formes juridiques, nous avons :

  • EIRL ou entreprise individuelle à responsabilité limitée ;
  • EURL ou entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée ;
  • SAS ou société par actions simplifiée ;
  • SARL ou société à responsabilité limitée ;
  • SASU ou société par actions simplifiée à unipersonnelle…

Mais de manière générale, on retient :

Concernant l’assurance de l’entreprise de maçonnerie.

Il est conseillé au maçon de souscrire une assurance responsabilité civile professionnelle pour les dégâts causés aux tiers, et une assurance décennale d’une durée de 10 ans contre des risques d’écroulement ou de dégradation de l’œuvre.

Bon à savoir : Le dirigeant (personne physique) doit respecter un certain nombre de règles pour le fonctionnement de sa structure juridique, notamment la réglementation thermique RT2012 relative aux obligations de résultat et de moyen, le port des équipements de protection individuelle prescrit par le Code du travail, ; les normes de sécurité et d’accessibilité (ERP), obtenir la carte d’identification professionnelle des salariés du BTP et le label RGE pour plus de crédibilité face aux clients.

Vous n’avez pas eu la réponse à votre question ? Posez nous votre question !

Cet article vous a plu :

Formations

Pré-commande formation investissement immobilier
Pré-commande formation santé et sécurité au travail

Avocats

Par UseYourLaw

Articles / Podcasts / Webinars / Interviews de professionnels

Formez-vous avec UYL

Formation investissement immobilier
Formation Cryptomonnaies UYL
Formation santé et sécurité au travail

Derniers articles UYL

La portée de la clause de destination dans le bail commercial

La portée de la clause de destination dans le bail commercial

Dans le cadre d’un bail commercial, l’une des obligations à la charge du locataire correspond à utiliser les lieux conformément à leur destination. La clause de destination dans un bail commercial est donc essentielle puisqu’elle décrit l'activité ou les activités...