Comment créer une entreprise de menuiserie ?

10 juillet 2022

Comment créer une entreprise de menuiserie

Un menuisier est un professionnel dont l’activité consiste en la fabrication, la rénovation ou la pose d’équipement en bois, métallique ou PVC. C’est un métier dont l’exercice peut se faire en tant que travailleur indépendant ou en société. Or, la création d’une entreprise de menuiserie en France passe par son inscription au registre du commerce et des sociétés (RCS), mais certains préalables doivent être observés et notamment le choix du statut juridique de la société.

Les préalables à observer pour la création d’une menuiserie

Comme pour tout projet de création d’entreprise, créer une entreprise de menuiserie demande de s’interroger sur les compétences nécessaires pour la réalisation de son activité mais pas uniquement.

Quelles sont les compétences requises ?

Ces compétences renvoient aux qualités et qualifications professionnelles indispensables pour devenir menuisier.

Comme qualification professionnelle, pour être menuisier il faut être titulaire d’un diplôme professionnel de menuiserie du type CAP, BEP ou BTS dans le domaine de la menuiserie. Ce diplôme doit être soutenu par une expérience professionnelle d’environ trois ans. Par ailleurs, bien que cela ne soit plus obligatoire depuis la Loi pacte du 22 mai 2019, il reste tout de même conseillé d’effectuer un stage de préparation à l’installation pour avoir des bases en matière fiscale, comptable, administrative et sociale.

Pour les qualités, le menuisier doit disposer de bonnes aptitudes physiques, il doit faire preuve de créativité, de précision dans la conception et la réalisation des œuvres ou structures en bois de qualité. Mais il ne faut pas négliger les qualités propres à la création de toute entreprise. Il devra donc aussi avoir de bonnes capacités à vendre et à négocier autant avec ses clients que ses fournisseurs de matières premières.

Comment déterminer les contours du projet ?

Pour bien concevoir le projet de création d’une entreprise de menuiserie, il faut réaliser une étude du marché, choisir un bon emplacement, et arrêter un investissement de départ.

• La réalisation de l’étude de marché.

Eu égard de l’orientation choisie (généraliste ou spécialiste), il sera nécessaire de faire une étude des tendances du marché de la menuiserie (types d’entreprises, réglementations, codes APE etc.), de la concurrence (chiffre d’affaires forces et faiblesses etc.), et de la clientèle cible (catégories professionnelles, niveaux de revenus, habitudes de consommation etc.). Les résultats obtenus permettront de monter un business plan qui contiendra toutes statistiques prévisionnelles (dépenses, charges, compte de résultats prévisionnel etc.).

• Le choix de l’emplacement est d’une importance capitale en affaires.

Compte tenu que le menuisier passe le plus clair de son temps entre l’atelier où il réaliser les commandes et le chantier où il effectue les poses. Il devra donc choisir entre implanter son local commercial en plein centre-ville et profiter d’une bonne visibilité ou de l’implanter périphérie urbaine et profiter des loyers moins élevés pour son activité commerciale ou artisanale.

• L’investissement de départ représente le capital social.

C’est le montant minimum requis pour le lancement d’activité. Il est alors possible de procéder par des fonds propres, ou par des emprunts si les besoins en trésorerie sont importants. On peut citer comme besoins principaux :

  • L’acquisition par achat ou location d’équipements (machines, outils, véhicules etc.) ;
  • L’acquisition d’un local commercial et de matières premières ;
  • La création de supports de communication (site internet carte de visite etc.).

La création proprement dite de l’entreprise de menuiserie

Après la conception du projet, créer une entreprise de menuiserie commence par le choix de sa forme juridique, dans le respect des formalités liées à la création d’entreprise et de la réglementation en vigueur.

Quelle forme juridique choisir pour son entreprise de menuiserie ?

Encore appelé statut juridique, la forme désigne ici le mode d’organisation légal selon lequel fonctionne l’entreprise. Deux principales formes sont possibles, selon que le menuisier opte pour un exercice en son propre nom, ou en société.

En exerçant en son propre nom, avant la Loi du 14 février 2022, entrée en application le 15 mai 2022, l’entrepreneur pouvait exercer sous la forme de l’EIRL avec tous les avantages qui en découlent (régime fiscal, charges sociales etc.), ou par des entreprises individuelles. Dorénavant, il n’est possible que d’exercer sous une forme appelée statut unique. Ce statut unique, prescrit par la loi sus évoquée, consacre la distinction entre votre patrimoine et celui de la société.

En exerçant en société, l’entrepreneur peut tout de même opter pour une création de société tout seul, avec l’optique de s’associer plus tard (EURL ou SASU). Il a alors la qualité de travailleur non salarié et dépend de SSI, ou alors il est assimilé salarié et dépend de l’URSSAF. Il peut aussi choisir de créer la société directement avec d’autres associés sous la forme d’une SARL (société à responsabilité limitée) qui attribue au conjoint salarié le statut de conjoint collaborateur, ou la création d’une SAS (société par actions simplifiée) plus souple dans la rédaction des statuts juridiques.

Quelles sont les formalités de création d’une entreprise de menuiserie ?

Ces formalités sont relatives à l’immatriculation de la personne morale et aux contrats d’assurances à souscrire.

Pour ce qui est de l’immatriculation de l’entreprise, cela variera selon le nombre d’employés.

En effet, si le chef d’entreprise emploi moins de 10 salariés, l’activité de menuiserie sera considérée comme une activité artisanale. Ainsi, elle devra être enregistrée aux centre de formalités des entreprises de la CMA. En revanche, au-delà de 10 employés, l’activité de menuiserie sera considérée comme une activité commerciale. A ce titre, elle devra être inscrite au CFE de la CCI. Les démarches pour la création de l’entreprise de menuiserie dépendent de la forme de société (EURL, SAS, SARL, SASU).

De manière générale, on retient surtout :

En ce qui concerne l’assurance de l’entreprise de menuiserie, il est conseillé aux entrepreneurs de souscrire à une assurance responsabilité civile professionnelle pour les dégâts causés aux tiers, et une assurance décennale contre des risques d’écroulement ou de dégradation de l’œuvre.

Bon à savoir : Lorsque l’entreprise est déjà créée, le dirigeant doit respecter un certain nombre de règles, notamment celles prévues par l’arrêté du 24 janvier 2017 relative aux informations à communiquer aux consommateurs, les normes de sécurité et d’accessibilité (ERP). Enfin, il devra obtenir la carte d’identification professionnelle des salariés du BTP et le label RGE pour plus de crédibilité.

Derniers articles UYL

La facture d’avoir

La facture d’avoir

Depuis la loi anti-fraude à la TVA de 2018, les règles en matière de facturation et de comptabilité ont été renforcées. Il est ainsi interdit de modifier ou de supprimer une facture déjà émise. La modification d’une facture émise ne peut alors se faire que par une...

Auto-entrepreneur et déclaration d’insaisissabilité

Auto-entrepreneur et déclaration d’insaisissabilité

Si vous êtes un entrepreneur individuel, vous devez savoir que vous êtes responsables sur vos biens, autant professionnels que personnels. Autrement dit, vos créanciers professionnels ont la possibilité de vous poursuivre en recouvrement sur vos biens personnels. Le...

La retraite complémentaire de l’auto entrepreneur

La retraite complémentaire de l’auto entrepreneur

Si vous êtes un auto-entrepreneur, vous devez maitriser le régime de retraite de base ou régime de base, mais également votre régime de retraite complémentaire ou régime complémentaire. En tant que travailleur indépendant ou micro-entrepreneur, des cotisations...