Créer son entreprise : les étapes clés pour mener à bien son projet

+12
avril 26, 2021
Créer son entreprise : les étapes clés pour mener à bien son projet

La création d’un business n’est pas à prendre à la légère et doit, en amont, faire l’objet d’études sérieuses. Entre choix des statuts juridiques, choix de la forme sociale ou encore mise en place d’un business plan, monter une affaire pérenne nécessite du temps ainsi que de la réflexion.Voici donc les étapes clés d’une création d’entreprise afin de mener à bien votre future activité.

Cet article expose à titre introductif et non-exhaustif les étapes nécessaires à la création d’une activité pérenne.

I – Définir ses objectifs et faire une étude de marché

L’une des premières étapes de création d’entreprise est la définition claire de vos objectifs ainsi que la réalisation d’une étude de marché. Ces préparatifs sont fondamentaux tant ils vont influer vos choix concernant les étapes à venir.

En effet, avant toute chose il convient de prévoir la faisabilité de son projet de manière globale : le secteur d’activité est-il en déclin ? Risque-t-il de connaître des changements qui pourraient m’être préjudiciables ? Cette activité est-elle régie de manière spécifique ? 

Pour ensuite faire coïncider son projet avec sa propre situation : quels impacts mon activité aura sur ma situation familiale ? Quel investissement suis-je prêt à faire dans mon projet ? Dans quoi vais-je me spécialiser dans mon activité ? Ai-je les compétences pour cette activité ? Vais-je devoir suivre une formation ? Ou encore de nos jours : la mise en place d’une telle activité est-elle rationnelle en ces temps de COVID-19 ? 

Autant de questions auxquelles il convient de tenter de répondre de la manière la plus objective qui soit. 

En parallèle de ces questionnements, il conviendra de s’attarder sur une étude de marché. La connaissance du champ concurrentiel est très importante pour la cohérence et la pérennité du projet. Ce document va permettre de déterminer un certain nombre d’indicateur : quelle est votre cible ? Quel est votre marché ? Quel est le comportement de votre cible sur ce marché ? Quelle gamme de produit allez-vous proposer ? À quel coût ? Quel sera votre mode de distribution ? Quelle sera votre stratégie de communication ? L’idée ici est de coller au mieux aux attentes de la cible sur le marché sur lequel l’entreprise veut se positionner. 

II – Prendre du recul , élaborer un business plan

Une vision globale et objective de votre projet est nécessaire, celle-ci est souvent concrétisée par l’élaboration d’un business plan. Bien rédigé, ce document vous sera tout autant utile qu’il le sera aux potentiels investisseurs. 

Ce plan d’affaires est un document de référence.Généralement concis, il condense l’ensemble de vos stratégies économiques : positionnement concurrentiel, valeurs, produits proposés, méthode de distribution ou encore chiffre d’affaires prévisionnel, constitueront une solide base d’appui pour d’éventuels financements extérieurs (banque, tiers…)

L’ensemble de ces données constituent l’envergure économique de votre projet.

Vous devrez donc impérativement, aux yeux des investisseurs, traduire ces objectifs économiques par des termes financiers. En effet, si votre annonce de plan d’affaires pourra en convaincre plus d’un selon vous, ceux-ci auront besoin de s’assurer dans un premier temps qu’ils ne perdront pas d’argent puis dans un second temps que votre projet leur en fera gagner.

Communément, il est d’usage de joindre à votre plan d’affaires des éléments comptables : amortissements, investissements, comptes de résultat, plan de financement initial…

Cette étape de la création de votre entreprise est importante tant elle permettra à vos investisseurs de jauger, d’un point de vue extérieur, la faisabilité et la rentabilité de votre future activité. 

III – Choisir une forme sociale adaptée

Il existe une multitude de formes sociales (ou statut juridique de l’entreprise) qui possèdent toutes leurs « spécificités ». Il n’existe pas  une forme juridique meilleure qu’une autre tant chacune d’entre elles pourraient correspondre à un cas de figure spécifique. 

Cette étape est également cruciale car elle déterminera le niveau de vos cotisations sociales, la nature et le niveau de l’impôt à payer (IR ou IS) (lien article Assia) , votre protection sociale, la nécessité de tenir une comptabilité ou encore votre niveau de responsabilité.

Il conviendra donc d’examiner chaque possibilité afin de déterminer la forme sociale la plus adaptée à son activité en tenant compte des différents facteurs évoqués précédemment.

Pour en savoir plus sur le choix de la forme de société

IV – Rédiger des statuts clairs 

Si vous souhaitez vous associer, la rédaction de statuts est une étape obligatoire de la création de société au titre de l’article 1835 du Code civil

Ces statuts sont fondamentaux au bon développement d’une activité car ils régissent les rapports entre associés et déterminent l’existence même de la société à savoir : son objet, sa dénomination sociale ou encore son siège.

La rédaction des statuts est donc une étape à part entière et mérite une vive attention.Par exemple, il est conseillé de mentionner un objet social précis sans être trop restreint non plus afin de ne pas mettre en péril soi-même son activité dés le départ.

L’enregistrement des statuts au RCS du tribunal de commerce associé au siège social de la société déterminera légalement la qualité ainsi que la personnalité juridique de l’entreprise.

Pour en savoir d’avantage sur les statuts juridiques de l’entreprise

V – Optimiser sa fiscalité  

Opter pour un dispositif adapté à sa situation personnelle permet de réduire son impôt, c’est l’optimisation fiscale.

Si le choix d’une forme sociale adaptée à son activité peut-êtreun facteur crucial pour réduire son impôt, il est énormément d’autres facteurs à prendre en compte pour optimiser au mieux sa fiscalité.

Nous retiendrons simplement qu’il est important d’établir un « bilan de patrimoine » afin d’évaluer sa situation au mieux.

Ce bilan permettra de mettre en exergue l’ensemble des éléments déterminants afin d’optimiser sa fiscalité : situation familiale, patrimoine immobilier, charges fiscales…

Pour en savoir plus sur la fiscalité des formes sociales

Conclusion : 

Nous vous conseillons donc dans un premier temps d’étudier minutieusement votre situation, mais avant tout de projeter votre affaire en tenant compte de différents facteurs tels que, par exemple,  votre situation personnelle, votre zone géographique, vos perspectives d’évolution, la clientèle potentielle ou encore les financements pouvant être obtenus.

Nous vous invitons également, en cas de besoin, à contacter de véritables professionnels afin de vous guider et vous assurer un suivi personnalisé tout au long de ces différentes étapes.

Remerciez le redacteur :

+12

Par Lucas DUPUIS

Master 2 Droit des Affaires / Diplôme Universitaire de Comptabilité et de Fiscalité des Entreprises

Articles associés

Restez informé