La formation du dirigeant d’entreprise : quel fonctionnement ?

7 avril 2022

Formation dirigeant d’entreprise

La formation est l’un des meilleurs leviers de performance pour une entreprise. Elle constitue un moyen de rester compétent et compétitif surtout dans les professions libérales. C’est pourquoi il est important, voire capital pour un chef d’entreprise de se former régulièrement afin de garder un niveau élevé de compétence. Si pour certains chefs d’entreprise, la formation prend l’aspect d’une contrainte à laquelle il est parfois difficile de se soumettre, il n’en est pas moins que son importance reste une réalité, en même temps que se pose la question de son financement.

Chef d’entreprise, pourquoi et comment se former ?

Pourquoi la formation du dirigeant est importante pour une entreprise ?

Pour un entrepreneur ou un auto-entrepreneur, se former régulièrement est une nécessité pour assurer la pérennité de son activité professionnelle (commerciales, artisanale ou autres). Peu importe la forme juridique (entreprises individuelles, micro-entreprises, sociétés…) ou le statut juridique de son entreprise (SASU, SAS, EURL, EIRL, SARL etc.), un dirigeant doit s’avoir reconnaitre l’importance de ne pas rester sur ses acquis.

La résilience d’un dirigeant face aux changements et aux évolutions est fondamentale. Le poste de chef d’entreprise est un poste clé, par définition au centre de la société. Le dirigeant est en outre en contact permanent avec toutes les branches d’activités, services ou départements de la structure. La nature de son activité qui exige parfois de lui des connaissances au moins variées dans de nombreuses disciplines, à savoir : le management de son personnel, la comptabilité, le juridique, la recherche de financement ou encore le marketing. Des secteurs en évolution constante, qui impose au dirigeant de se tenir à jour.

Pour se former, les travailleurs indépendants, travailleurs non-salariés ou les chefs d’entreprise doivent savoir de quelles formations ont-ils besoin, et vers quel organisme de formation se tourner. 

Comment un dirigeant peut-il se former ?

En dehors des voies classiques (lectures, forums, webinars…), des cursus à part entière existent.

Pour choisir une formation à suivre, le dirigeant d’une entreprise qui peut également être un conjoint-collaborateur doit avant tout déterminer le type de formation professionnelle qu’il souhaite entreprendre. Son niveau de connaissances dans le domaine visé, la durée de la formation, la périodicité, le lieu et enfin le coût de la formation sont les variables qui l’aiguilleront.

De nombreux organismes proposent des formations professionnelles, dont certaines sont spécifiquement réservées au dirigeant d’entreprise ou à l’entrepreneur individuel.

Nous pouvons recenser ainsi :

  • Le Conservatoire National de Arts et Métiers (CNAM) qui propose des formations pour les petites et moyennes entreprises ou industries ;
  • Les Chambres de Commerce et d’Industrie (CCI) qui proposent des formations variées aux chefs d’entreprise ;
  • Les Chambres de Métiers et de l’Artisanat (CMA) ;
  • Les grandes écoles et universités qui proposent souvent des cursus spécifiques aux dirigeants ;
  • Et de nombreux autres organismes tels que Pôle emploi, Alpha, les centres de gestion agréés, les syndicats et fédérations professionnelles…

Le financement de la formation du dirigeant d’entreprise

Quelles sont les mesures favorisant le financement des formations du dirigeant d’entreprise ?

De nombreuses mesures ont été mises sur pied pour accompagner le chef d’entreprise ou les dirigeants libéraux dans le financement de leurs formations (exonérations, indemnités etc.). Ces mesures prennent en considération le statut du chef d’entreprise, pour offrir un accompagnement spécifique. C’est le cas du travailleur non salarié, qui, par le biais d’une contribution spécifique de formation, participera lui-même au financement de sa formation.

Rappelons que toutes les entreprises dépendent chacune d’un fonds d’assurance formation (FAF) identifiable grâce à un code nomenclature d’activités françaises (NAF) délivré par l’Insee lors de l’inscription de l’entreprise. Ce code, construit à des fins statistiques, permet également d’identifier le secteur d’activité du travailleur indépendant.

En général, on distingue trois fonds d’assurance formation pour les entreprises :

  • Le FAFCEA pour les artisans autonomes.
  • Le FIFPL pour les travailleurs exerçant une profession libérale.
  • L’AGEFICE pour les dirigeants non-salariés du secteur de l’industrie, du commerce et des services.

En outre, le chef d’entreprise qui souhaite faire une formation peut bénéficier d’une aide, sous forme d’avantage fiscal : le crédit d’impôt formation du dirigeant.

Qu’est ce que le crédit d’impôt formation ?

C’est un dispositif qui permet d’obtenir la réduction de l’impôt sur le revenu dont doit s’acquitter un dirigeant d’entreprise ou un particulier ayant bénéficié d’une formation au cours de l’année.

Il est accordé aux entreprises relevant d’un régime réel d’imposition (impôt sur les sociétés ou sur le revenu). Concernant leur régime fiscal, ces aides et réductions sont calculées sur le bénéfice imposable. Sont ainsi concernés, les entrepreneurs individuels, les gérants de sociétés, présidents de conseils d’administration, administrateurs et directeurs généraux.

Exception faite du micro-entrepreneur et des auto-entrepreneurs qui ne sont pas éligibles au crédit d’impôt formation, mais conformément à leur régime micro, peuvent se former via le compte personnel de formation (CPF).

Tout dirigeant qui souhaite bénéficier de ces aides doit :

  • Être dirigeant de société ou créer une société dans laquelle il est dirigeant conformément aux formalités du CFE (Centre de formalités et de création d’entreprise) ;
  • Que la société soit inscrite au registre du commerce et des sociétés (RCS) ou au répertoire des métiers (RM) de la chambre des métiers ;
  • Que l’affiliation à l’URSSAF soit correctement effectuée avec des cotisations à jour.

Les conditions d’accès aux formations du dirigeant d’entreprise sont donc très simple ! L’idée est de pousser les dirigeants à se former, pour faciliter le développement des entreprises françaises ou tout du moins maintenir la bonne croissance de nos entreprises.

Derniers articles UYL

Les relations collectives du travail

Les relations collectives du travail

Les relations collectives du travail se rapportent aux rapports entre employeurs et salariés d’une entreprise, représentants sociaux et instances représentatives du personnel. Elles sont le lieu de stabilisation et de régulation des rapports sociaux en entreprise. Les...

La facture d’avoir

La facture d’avoir

Depuis la loi anti-fraude à la TVA de 2018, les règles en matière de facturation et de comptabilité ont été renforcées. Il est ainsi interdit de modifier ou de supprimer une facture déjà émise. La modification d’une facture émise ne peut alors se faire que par une...