La souveraineté numérique européenne face aux géants américains

25 février 2022

Nombre de lecture :

La souveraineté numérique européenne face aux géants américains

« Internet est l’une des rares créations de l’homme qu’il ne comprend pas tout à fait (…) C’est la plus grande expérience d’anarchie de l’histoire (…) à la fois source de bienfaits considérables et de maux potentiellement terrifiants, dont nous ne commençons qu’à peine à mesurer les effets sur le théâtre mondial ». 

Le débat sur la souveraineté numérique est revenu sur le devant de la scène médiatique. En effet, la pandémie de Covid-19, a davantage démontré la situation de dépendance des sociétés européennes vis-à-vis des géants américains, désignés sous l’acronyme des GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft).

Qu’est-ce que la souveraineté numérique ?

La souveraineté numérique désigne la capacité à être indépendant des autres Etats dans cet univers numérique. En 2019, le rapport de la commission d’enquête du sénat précise la notion de souveraineté numérique à travers deux aspects : tout d’abord, la capacité pour l’Etat d’exercer une souveraineté numérique qui repose sur « une capacité autonome d’appréciation, de décision et d’action dans le cyberespace ». L’autre aspect, plus économique, fait référence à la capacité pour un Etat de garder une maîtrise sur les «  réseaux, les communications électroniques et les données ». 

La question de la souveraineté numérique européenne a notamment connu un regain d’intérêt suite aux révélations d’Edward Snowden en 2013. A la suite de cette affaire, a notamment été créé l’Institut de la souveraineté numérique, une association chargée de sensibiliser sur les questions de souveraineté numérique. 

Par ailleurs, la notion de souveraineté numérique regroupe divers enjeux : tels que la régulation des GAFAM, la question de la cybersécurité, mais également la protection des données personnelles. En effet, la donnée, qualifiée d’«or noir du 21ème siècle » représente un vecteur de puissance pour les Etats.

La puissance des géants du numérique

La domination des GAFAM menace fortement la souveraineté numérique européenne. En effet, le poids économique de ces géants du numérique demeure essentiel. Leur valeur boursière rivalise avec le PIB de nombreux pays. A titre d’exemple, la valorisation boursière cumulée des GAFAM a atteint « 5853 milliards de dollars » en 2020, soit une valeur près de trois fois supérieure à celle des entreprises du CAC40 ».

Toutefois, la question de la souveraineté numérique ne se limite pas à l’aspect économique. Elle apparaît également comme un enjeu de sécurité des données des citoyens européens. En effet, les GAFAM sont en mesure de traiter, de stocker les données des citoyens, ce qui renforce leur domination. A titre d’exemple, cette situation de dépendance numérique s’illustre notamment à travers l’affaire du Health Data Hub. L’hébergement de cette plateforme qui regroupe les données de santé des citoyens français a été confié à Microsoft. 

Dans le même sens, l’affaire Cambridge Analytica et la transformation numérique accélérée par la crise sanitaire ont mis en évidence la nécessité pour l’Europe de développer des stratégies pour contrer la domination des GAFAM.

Quelle(s) stratégie(s) européenne(s) face aux GAFAM ?

L’Europe entend limiter le pouvoir des GAFAM en développant une stratégie axée sur les valeurs européennes

A ce titre, la régulation apparaît comme un des facteurs clé de l’affirmation des valeurs de l’Union européenne. En plus du Règlement général sur la protection des données personnelles (RGPD), entrée en vigueur le 25 mai 2018, l’Union européenne a pour objectif de rendre le marché du numérique plus équitable en protégeant les consommateurs en ligne à travers l’adoption du Digital Market Act (DMA) et du Digital Service Act (DSA). 

Par ailleurs, l’Europe doit pouvoir miser sur des technologies d’avenir, telles que l’intelligence artificielle, la cybersécurité ou encore le cloud. A titre d’exemple, le marché du cloud était estimé à 300 milliards de dollars en 2020. Or, ce marché est principalement dominé par les acteurs américains et chinois. Pour ce faire, l’Europe prévoit de consacrer « 7 milliards d’euros pour accélérer le développement du cloud ». 

Finalement, l’objectif de l’Europe consiste à se confronter directement aux géants américains en développant une stratégie axée sur la promotion des valeurs démocratiques.

`

Vous n’avez pas eu la réponse à votre question ? Posez nous votre question !

Cet article vous a plu :

Formations

Pré-commande formation investissement immobilier
Pré-commande formation santé et sécurité au travail

Avocats

Formez-vous avec UYL

Formation investissement immobilier
Formation Cryptomonnaies UYL
Formation santé et sécurité au travail

Derniers articles UYL

La protection du nom commercial de l’auto-entrepreneur

La protection du nom commercial de l’auto-entrepreneur

Le nom commercial participe à l’identification de l'auto-entrepreneur et de son auto-entreprise. Bien que n’ayant aucune valeur juridique, le nom commercial lui permet de se distinguer de la concurrence. Afin de cerner son importance pour l’auto-entrepreneur, il...

Le crowdfunding : l’avenir du financement en ligne ?

Le crowdfunding : l’avenir du financement en ligne ?

Contrairement aux outils traditionnels, le crowdfunding est un outil qui vise à financer un projet quelconque via l’intervention d’utilisateurs en ligne. Le but étant, via une plateforme, de récolter des fonds en touchant un public le plus large possible. Le...